Environnement

Monde Ethique, la boutique des accessoires écologiques

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

Aujourd’hui l’univers de la mode, c’est essentiellement une consommation de masse et une fabrication à l’autre bout de la planète  pour limiter les coûts de production, sans forcément se soucier des conditions de travail, des hommes, femmes voir enfants. Heureusement la mode éthique existe et se développe de différentes manières. Ainsi on trouve aujourd’hui des articles branchés, respectueux de l’Homme et de son environnement.
Par exemple, chez Monde Éthique, ils vous proposent des baskets écologiques, 100% artisanales, fabriquées au cœur de la forêt Amazonienne, avec un programme luttant contre la déforestation, 1€ est reversé pour chaque paire achetée, à des agriculteurs, ayant en charge d’exploiter des terres, en préservant le poumon de la terre.
Niveau santé, ces petites sneakers ultra légères sont dotées d’une semelle anatomique à mémoire orthopédique, un vrai confort pour vos pieds.
Leur autre spécialité, la maroquinerie issue du recyclage, ici pas d’utilisation de matière première, que ce soit pour les portefeuilles, ceintures ou sacs, les matières sont aussi résistantes qu’originales : pneu, ceinture de sécurité, bâche, toile de kitesurf, ces matières atypiques font de leurs collections des objets uniques, pour éco-citoyen branchés.

Tags: , ,

La vie microbienne…indispensable pour notre bien être…

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

La base d’un humus fertile

Si les micro-organismes construisent le sol, celui qui le cultive et le fait fructifier n’est pas l’homme, mais le « vers lombric ».
Ainsi que l’écrivait Darwin, « peu d’animaux ont joué un rôle aussi important dans l’histoire du monde que ces créatures peu organisées ». Et il conclut en disant ceci : « Tout l’humus de l’Angleterre est déjà passé et repassera de nombreuses fois dans le canal intestinal des vers. Dans son tractus digestif, le vers de terre incube d’énormes quantités de micro-organismes qui, dans les déjections, deviennent la base de l’humus fertile. »

C’est sans aucun doute l’allié le plus utile de l’homme dans sa lutte pour la survie, et pourtant l’agriculture dite «moderne » le maltraite cruellement.

Dans son livre « sol, herbe et cancer », le chercheur français André Voisin est l’un des premiers à faire observer que le vers de terre, en particulier le lombric gluant qui est le plus commun en Europe et aux Etats-Unis, est non seulement essentiel à une bonne agriculture, mais aussi constitue la base même de toute civilisation.
Voisin met ainsi en corrélation les civilisations humaines et la répartition sur le globe des vers de terre actifs dont il ne dénombre pas moins de trois mille espèces.  Les vers de terre comptent parmi les plus anciens animaux terrestres.
Ils sont de plusieurs couleurs : brun, pourpre, rouge clair, et de toutes tailles : le plus petit mesure à peine deux centimètres et le plus grand, un géant australien, trois mètres.

Une civilisation complexe ne peut se développer sans que les besoins agricoles essentiels du peuple soient satisfaits et, en cela, les vers de terre sont indispensables.

Cet aspect n’a pas été négligé par le Ministre Américain de l’Agriculture qui en 1949, fit conduire des recherches en Egypte, dans la riche vallée du Nil, avant la construction du barrage d’Assouan. Le rapport indiqua que la grande fertilité du sol était due essentiellement au travail des vers de terre. On estima que pendant la période de croissance des vers (six mois par an), leurs  excréments atteignaient, sur ces sols, le poids astronomique de 250 tonnes par hectare !

Un naturaliste anglais, Gilbert White, trente ans avant la naissance de Darwin, écrivait déjà :
« Les vers semblent être les grands promoteurs de la végétation, perforant et allégeant le sol, rendant accessible aux pluies et aux fibres des plantes, en y entraînant des pailles, des hampes de feuilles et des brindilles, et surtout en rejetant un nombre infini de morceaux de terre.   Les déjections des vers, c’est un fumier très fin pour les céréales et l’herbe…Sans vers, la terre deviendrait rapidement froide, avec des mottes sans fermentation, donc stérile… »

Les vers de terre peuvent produire plus d’humus, en un temps très court et à moindre effort, que n’importe quelle autre méthode.
Ils avalent de la terre qu’ils expulsent en une multitude d’infimes particules liées par le fluide intestinal. On obtient ainsi une terre très fine qui constitue, en surface, une couche fertile.

Même lorsque la matière organique abonde, les vers consomment une grande quantité de terre. Ce mélange donne un humus riche, de texture parfaite, contenant plus d’éléments nutritifs pour les plantes que les matières dont il est dérivé.
Les déjections contiennent un pourcentage d’agrégats supérieur à celui du sol environnant. Ces agrégats sont constitués de particules de sable, d’argile et de limon, qui groupées en larges unités, confèrent au sol une structure analogue à celle de miettes de pain.

Les expériences ont montré que le drainage des sols renfermant des vers de terre est de quatre à dix fois plus rapide que celui des sols qui en sont dépourvus.
Réciproquement, dans des sols sableux légers où l’eau a tendance à s’écouler directement vers le sous sol, les agrégats produits par les déjections des vers tendent à améliorer la rétention de l’eau.

Les vers déterminent le sol, sa texture, sa fertilité et sa capacité à supporter tout ce qui vit, particulièrement les plantes, base de notre alimentation.
Ils mélangent, creusent des galeries, fertilisent, produisent de l’humus.

Il faut les nourrir, car ils prolifèrent proportionnellement à la quantité de matière organique incorporée dans le sol, ainsi que leurs « ancêtres » les micro-organismes producteurs d’humus.
Même le vers rouge de fumier « Eisenia Foetida » qui vit dans le tas de compost où il transforme le fumier animal, ne peut vivre sans un apport abondant de matière organique en décomposition.

Par contre, il faut éviter l’emploi de produits chimiques qui font disparaître les vers, sans pour autant pallier à leur absence.
Une fois encore, l’agrobiologie s’impose comme la seule technique qui sait protéger les éléments de base que sont l’humus, la vie microbienne et aussi les vers de terre, pour ensuite bénéficier de leurs bienfaits.

Un tas de bonnes raison pour apprendre à ne pas les détruire et utiliser des matières organiques qui ne les détruisent  pas… C’est la raison pour laquelle, j’utilise des produits d’entretien qui respectent la vie microbienne du sol !

Webecologie, fête ses 5 ans

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

Cela fait maintenant 5 ans que nous existons, et nous sommes vraiment heureux de souffler nos bougies avec vous. Pour fêter comme il se doit cet anniversaire nous vous proposons des milliers d’articles en promotions pendant 10 jours.

5 ans, c’est également l’occasion de faire un point sur notre parcours.
La première année, il n’y avait qu’une seule personne derrière Webecologie, le site était composé de 500 références  et la relation de confiance avec vous était à bâtir. La première année, c’était également – de 10 commandes / jour, avec vos commandes chargées dans le coffre d’une voiture tous les soirs, direction la poste.

Grâce à votre confiance, et aussi un petit peu grâce à notre travail 😉 l’équipe s’est agrandit, aujourd’hui Webecologie, c’est 8 personnes, c’est + de 5 000 références, et c’est plus de 100 commandes / jour. Depuis 5 ans, nous avons toujours apporté le plus grand soin quant à la sélection des produits présents sur notre catalogue, Nous essayons de ne pas tomber dans le piège des « produits à la mode ». Nous nous revendiquons comme des spécialistes de la distribution de produits bio. Le site est né des convictions écologiques de son fondateur, et c’est toujours le même esprit qui anime toute l’équipe aujourd’hui. Après 5 années d’existence, nous sommes heureux de vous proposer des produits certifiés bio répondant à des cahiers des charges exigeants « Nature & Progrès, Ecocert, Cosmébio, etc… ». Notre relation de confiance avec nos fournisseurs, nous permettent également de vous proposer les prix les plus bas du Net sur les plus grandes marques, comme par exemple Weleda.

Les mises à jour sur le site ont été nombreuses. « Alerte email lorsqu’un produit est à nouveau en stock, possibilité de recharger votre ancienne commande, etc… » L’année dernière nous avons décidé d’ouvrir un Blog afin de diffuser tous nos conseils et d’avoir une relation plus proches de vous. Nous vous réservons encore sur l’année à venir de nombreuses évolutions et nouveautés.

Certains d’entre vous nous suivent depuis le début, et vous êtes nombreux à nous rejoindre tous les jours.  Nous espérons vous donner entière satisfaction sur les produits que nous proposons ainsi que sur le service client.

Toute l’équipe se joint à moi pour vous remercier.
Fabrice.

Tigre de Sumatra

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

Vidéo exceptionnelle de 12 tigres de Sumatra

Cette vidéo nous redonne un petit espoir pour les tigres de Sumatra. Ces images exceptionnelles et rares nous montrent 12 tigres de Sumatra. Cela ne doit pas nous faire oublier que cette forêt est menacée par l’industrie des pâtes et du papier.
A ce jour seulement 400 tigres vivent à l’état sauvage sur les 3 200 recensés dans le monde par le wwf.
Les concessions sur place qui exploitent ces forêts doivent stopper leurs activités, et ces images doivent servir à maintenir nos consciences éveillées.

Tags:

Un autre regard sur les requins

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

Une plongée fascinante avec les requins, qui aidera certainement à changer notre regard sur ces animaux…

Projection Film sur la viticulture Biodynamique

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

Pour tous les Bordelais et Bordelaises, nous vous informons de la projection d’un film sur les vins biodynamiques le Lundi 27 juin à 20h30 au cinéma l’UTOPIA, 5 place Camille Jullian 33000 Bordeaux. Cette séance sera précédée d’une dégustation de vin en Biodynamie en présence de plusieurs viticulteurs de la région du groupe renaissance des AOC à 19h15. Venez nombreux car ce film est un message d’espoir pour l’avenir de la planète et également pour partager un bon moment de convivialité.

Tags:

Conséquences écologiques de la marée noire dans le Golfe du Mexique

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

Depuis le 22 avril dernier, la plateforme Deepwater Horizon exploitée par la compagnie BP dans le Golfe du Mexique a explosé en déversant près de 40 000 barils de brut par jour. Cet accident fait partie de la plus grande catastrophe écologique jamais produite aux États-Unis.

Une catastrophe écologique sans précédent

La marée noire survenue le 22 avril dernier dans le Golfe du Mexique est aujourd’hui qualifiée de pire catastrophe écologique de l’Histoire américaine. Alors que l’Exxon Valdez avait déversé en 1989 près de 40 millions de litres de pétrole en Alaska, 800 000 litres de pétrole s’échappaient tous les jours des puis de BP et 7 millions de litres de dispersants ont été déversés à la surface et en profondeur. La marée noire près de 1 000 kilomètres de côtes ; la Louisiane a été le plus touchée avec 544 kilomètres de côtes polluées, suivent ensuite le Mississipi (180 km), la Floride (114 km) et l’Alabama (110 km). A ce jour, près d’un tiers des eaux territoriales américaines dans le Golfe du Mexique ont été interdites de pêche, ce qui représente une superficie d’environ 220 km² .

Les impacts de la marée noire sur les Bayous de la Louisiane

La Louisiane est réputée pour ses « Bayous », des écosystèmes amphibies caractérisés par une eau douce. La particularité des bayous est sa végétation qui se développe grâce aux racines à l’air libre. Espaces complexes et structurés, les bayous sont très fragiles surtout quand ils subissent des changements qui ne leur sont pas habituels. Avec la marée noire, l’écosystème connait de grandes perturbations. La faune des bayous étant très riche, les jeunes espèces y viennent pour favoriser leur croissance.

Interface entre terre et océan, les bayous jouent également un rôle essentiel dans l’alimentation des espèces comme les lamantins, les baleines, les dauphins, les crevettes sauvages ou les oiseaux. Ils sont donc les premières victimes face aux impacts de la marée noire. Ces zones humides ont également un rôle majeur dans le maintien de la biodiversité, dans la filtration d’épuration des eaux et surtout dans la protection contre les ouragans dont la saison d’ouverture a été annoncée par Le National Oceanic and Atmospheric Administration. En total, près de 400 espèces dont la plupart vivent au bord de la mer en Louisiane sont aujourd’hui en danger.

A quand un retour à l’équilibre ?

Le retour à l’équilibre sera difficile pour ces écosystèmes fragiles. Même si le processus de biodégradation est rapide, les bayous seront difficiles à nettoyer. Les scientifiques estiment que les impacts de la marée noire sur la flore et la faune dureront une décennie et que le Golfe du Mexique subira des changements radicaux de son écosystème. Les animaux commencent déjà à mourir, à l’exemple des petits qui viennent de naître. Les scientifiques ont également indiqué que près de 2 600 oiseaux, mammifères et tortues ont péri à cause des boulettes de mazout, de la couche huileuse à la surface de l’eau. Dans les refuges de faune sauvage de Pass-à-Loutre, il n’y plus d’animaux vivants, ainsi que sur les îles breton et Chandeleur. En plus de la faune et de la flore, le secteur touristique de Louisiane est également touché surtout pour les restaurateurs et les hôtels en bord de mer.

Tags: , , , ,

Solar Impulse, le premier avion solaire

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

solar impulse

Fonctionnant avec de l’énergie solaire uniquement, Solar Impulse est sans doute l’avenir de l’aviation. Les détails.

Solar Impulse, l’avenir de l’aviation verte

Dans le but de concevoir un appareil écologique consommant moins d’énergie, Bertrand Piccard et André Borschberg ont mis au point le projet Solar Impulse, qui a déjà fasciné le monde entier lors de sa première présentation au public en 2003. Cet avion, pesant 1600 kg et mesurant 63,40 mètres, fonctionne grâce aux 12000 cellules photovoltaïques placées sur ses ailes. Révolutionnaire, Solar Impulse ambitionne d’assurer les mêmes fonctionnalités que les avions classique à la différence qu’il n’aura pas besoin de carburant et qu’il n’émettra par conséquent aucune pollution.

Cet avion monoplace à propulsion électrique n’est encore qu’un prototype, mais s’il est capable d’effectuer des vols avec l’énergie solaire, d’autres modèles plus performants seront fabriqués. En effet, à cause de la pollution considérable provoquée par le kérosène, la couche d’ozone se déchire progressivement, favorisant d’énormes répercussions sur la planète. Avec ce nouveau prototype, on peut espérer tout au moins réduire la quantité de carburant utilisé. Solar Impulse s’annonce écologique, car il n’utilise pas de kérosène, et économique, puisque l’énergie du soleil est gratuite.

Des résultats encourageants pour Solar Impulse

Les premiers essais sont en tout cas très prometteurs. Après un décollage réussi en décembre 2009, le solar Impulse a effectué son premier vol d’essai le 7 avril dernier sur la base militaire de Büdendorf en Suisse. Dirigé par l’allemand Markus Scherdel, l’avion s’est élevé jusqu’à 1200 m d’altitude et le vol a duré 87 minutes. Il a permis de valider que l’engin pouvait bien décoller et atterrir. Le pilote a d’ailleurs affirmé que l’avion se contrôlait très facilement.

Le deuxième essai s’est avéré également être un réel succès. La nuit du 7 juillet dernier, Solar Impulse a pu réaliser son premier vol de nuit qui a duré pas moins de 26 heures. C’est le premier appareil solaire à réussir cette prouesse ! Une petite victoire pour les concepteurs qui comptent bien faire le tour du monde avec ce bijou écologique et technologique en 2013. Comprenant 5 étapes, ce long voyage devrait démontrer toutes les capacités du prototype, surtout en cas de vol longue durée. Si ce projet aboutit, il y a des chances pour que les avions n’aient plus besoin de kérosène, une bonne nouvelle pour les compagnies d’aviation et pour l’environnement !

Tags: ,

La climatisation solaire

Environnement RSS 2.0 Commentaires (5)

Un nouveau système de réfrigération propose de nouvelles solutions plus écologiques que la climatisation traditionnelle. Il s’agit de la climatisation solaire qui combine l’énergie du soleil avec des substances chimiques non polluantes pour produire une réfrigération.

Le principe de la « climatisation solaire »

La climatisation solaire sert à produire du froid avec l’énergie du soleil. D’une manière générale, le processus consiste à capter l’énergie solaire grâce aux panneaux photovoltaïques afin de produire la chaleur qui sera exploitée par une machine à absorption. Cette dernière utilisera la chaleur générée par les panneaux solaires pour chauffer jusqu’à ébullition une cuve contenant une solution « frigorigène » de bromure de lithium (H2O/LiBr). La mise en ébullition de la solution permet de séparer l’eau et le bromure de lithium. Après refroidissement, c’est la réaction chimique provoquée par la recombinaison des deux composants qui génère le froid qui sera ensuite distribué dans l’environnement à rafraîchir.
Il existe quatre moyens de produire du froid en utilisant l’énergie photovoltaïque. La première, qui est la moins innovante, utilise l’électricité photovoltaïque pour faire fonctionner un climatiseur traditionnel. Le deuxième principe consiste à convertir l’énergie solaire en énergie mécanique qui sera ensuite couplée avec un climatiseur à compression pour réfrigérer. La troisième solution utilise la conversion de l’énergie thermique du soleil pour alimenter une machine à froid « à absorption », à absorption ou à adsorption, pour refroidir son environnement. Alors que la quatrième méthode consiste à utiliser la chaleur produite à partir de l’énergie solaire pour alimenter un système de conditionnement d’air par rafraîchissement évaporatif (DEC).

Climatisation solaire : les points positifs et négatifs

Parmi les quatre voies théoriques énoncées précédemment, les deux dernières font l’objet de plusieurs travaux de recherche et sont considérées comme les plus prometteuses. L’utilisation de la climatisation solaire permettrait de réduire jusqu’à 20 fois la consommation en électricité, par rapport à une climatisation traditionnelle. Elle présenterait également comme avantage d’être silencieuse, et d’avoir une longévité d’au moins deux fois supérieure à celle du système classique, soit une durée de vie de 25 ans contre 10 ans pour la version traditionnelle. Le caractère écologique de la climatisation solaire est également renforcé puisqu’elle utilise un fluide frigorigène non polluant pour l’environnement, alors que le système actuel rejette des gaz nuisibles pour la couche d’ozone.
Cependant, la climatisation solaire affiche quelques inconvénients d’ordre essentiellement économique. Elle serait trois à cinq fois plus coûteuse qu’une climatisation traditionnelle. Toutefois, d’après les experts, les prix devraient rapidement baisser dans les années à venir. Autre point négatif, le nouveau système ne serait pas encore adapté à l’habitation individuelle étant donné que le dispositif de climatisation solaire ne pourrait rafraîchir qu’une surface équivalente au triple de celle prise par ses panneaux photovoltaïques. De ce fait, le développement de ce nouveau système de climatisation rencontrerait quelques freins en termes de règlementation due à son faible coefficient de performance (COP).
?

Tags:

Eolo le bus écologique

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

Bus ecologique eoloDe plus en plus de véhicules écologiques voient le jour, émettant moins de gaz à effet de serre et consommant moins d’énergie fossile. Pourtant de nombreux moyens de transport urbain continuent de polluer l’environnement. Eolo peut être la solution : ce bus roule entièrement à l’électricité et purifie l’air en neutralisant les microparticules émises par les autres véhicules.

Eolo le bus écologique qui n’émet pas de CO2 et purifie l’air

Le designer Krassi Dimitrov pousse encore un peu plus le concept du véhicule écologique avec l’Eolo, le bus totalement respectueux de l’environnement. Certes, il existe déjà des bus émettant moins de gaz nocif dans l’air, mais roulant toujours à l’énergie fossile et d’autres encore plus écologiques fonctionnant au gaz naturel, mais Eolo fait mieux. Non seulement il roule entièrement à l’électricité, donc n’émet pas de CO2, mais il purifie également l’air ambiant là où il passe. Il embarque notamment deux filtres sur sa partie inférieure, plus précisément à l’avant et à l’arrière, destinés à neutraliser les microparticules polluantes libérées par les autres voitures.

Le bus écologique de Krassi Dimitrov est muni de quatre moteurs électriques puisant leur énergie dans des batteries nano-anode titane, actionnant à la fois les filtres de purification d’air et les quatre roues. Conçues pour pouvoir circuler aisément en milieu urbain, les quatre roues motrices d’Eolo sont toutes directionnelles et chaque essieu possède son propre moteur électrique. Ce bus du lendemain est encore à ce moment au stade de concept. Les technologies permettant de le réaliser doivent encore être validées. Si Eolo est commercialisé, il révolutionnera le transport urbain, les questions sur la préservation de l’environnement étant au centre des débats.

Un design impressionnant pour Eolo le bus écologique

L’environnement ayant été le thème principal exploité par le designer, l’aspect intérieur et extérieur de l’Eolo a été également étudié en conséquence. Le bus est en l’occurrence muni de larges vitres à l’avant, à l’arrière et sur les côtés, faisant de l’Eolo un bus pratiquement transparent. Cet aspect permet notamment aux passagers du bus de profiter d’une vue panoramique à 360° et de mieux apprécier l’environnement qui les entoure. Si l’aspect général du bus ne s’éloigne pas pour autant de celui des bus classiques, l’apparence d’Eolo est à la fois élégante, contemporaine et futuriste.

Eolo est plus clair que les bus classiques grâce à ses vitres immenses laissant largement pénétrer la lumière. Il est également plus spacieux, la disposition des places ayant été optimisée. Eolo comporte plus précisément huit places assises à l’arrière et deux banquettes latérales à l’avant. Il est aussi muni de plusieurs dossiers à l’arrière et sur le côté destinés aux personnes restant debout. Pouvant embarquer de nombreux passagers, des arceaux et des dragonnes permettent à ces dernières de s’agripper et de se tenir en équilibre. En outre, Eolo est muni d’une large portière coulissante transparente à double battant facilitant les entrées et les sorties.

Tags: