Archive(s) de octobre 2011

Dermatherm 0% de conservateur

Cosmétique Bio RSS 2.0 Commentaire (1)

Dermatherm, 0% de conservateur

0% de conservateur Rêve ou réalité ?

Avoir un produit cosmétique sans conservateur, on le pensait impossible, DERMATHERM vous propose 21 références bio, sans conservateur, sans parfum, sans allergène, avec de l’eau thermale des Fumades dermatologique.

DERMATHERM EST ACTUELLEMENT LA SEULE GAMME, COMPLÈTE, SANS CONSERVATEUR, BIO, A L’EAU THERMALE DERMATOLOGIQUE.

Qu’est ce qu’un conservateur et pourquoi l’éliminer ?

Un conservateur est une substance chimique qui sert à préserver le produit en empêchant la prolifération bactérienne. 57 sont classés comme les parabens.
De nombreuses substances non classées conservateurs de type alcool (alcohol en inci), huiles essentielles,… possèdent des activités antimicrobiennes.
Ces substances non listées conservateurs sont utilisées pour stabiliser le produit mais comme le rappelle la DGCCRF ces produits ne peuvent pas revendiquer qu’ils sont sans conservateur, puisqu’ils contiennent un conservateur.

Découvrez toute la gamme Dermatherm

Tags: , ,

Ammonium lauryl sulfate

Cosmétique Bio RSS 2.0 Commentaires (5)

Aujourd’hui nous tenions à vous donner un peu plus d’informations sur l’ammonium lauryl sulfate. Vous pourrez constater qu’un produit peut être bio et malgré tout en contenir.
Les shampooings conventionnels utilisent des sulfates comme agents lavants. Ils ont l’avantage d’être  de bons dégraissants et ils sont bon marché. En revanche, ils sont irritants et leur biodégradabilité n’est pas optimum.
Le plus irritant de ces agents lavants est le sodium lauryl sulfate.
Dans certaines marques de la cosmétique bio certains shampooing sont à bases d’ammonium lauryl sulfate. Même si l’ammonium lauryl sulfate reste la base lavante la moins irritante, elle est tolérée par le cahier des charges « Cosmébio » et « Ecocert ».
Certaines marques ont cependant décidé de le remplacer pas des produits plus respectueux de la peau et de l’environnement. Ces marques sont proposées par des distributeurs spécialisés de produits bio, à la différence de certains distributeurs moins concernés par les enjeux de santé et les enjeux écologiques.
Nous vous conseillons donc l’utilisation des shampooings des marques suivantes : Cosmo Naturel, Lavera, Logona, Melvita (hors shampooing à la figue 1 litre)
Tous nos shampooing sans ammonium lauryl sufate

Tags: , , ,

Compote à ma façon

Recette desserts, Recette sans caséine et sans gluten RSS 2.0 Commentaire (0)

Une bonne façon de proposer des fruits et des légumes aux enfants… mine de rien !!!

Temps de préparation : 5 mn
Temps de cuisson : 15 mn

Ingrédients pour 2 personnes

– 2 pommes
– 1 carotte
– 2 figues sèches réhydratées dans de l’eau tiède pendant 2 heures
– le zeste d’1 citron
– 1 pot de crème vanille
– 2 c à s de lait de riz
– une pincée de cannelle

Eplucher la pomme, évidez-la et la détailler en gros morceaux.
Brosser la carotte et la détailler en très fines lamelles dnas le sens de la longueur, à l’aide d’un économe.
Dans une casserole, déposer les morceaux de pomme, les lamelles de carottes, les dattes découpées en petits morceaux, le zeste de citron et le lait de riz.
Faire cuire à feu doux et à couvert pendant 15 mn.
Laisser refroidir puis rajouter la crème de vanille.
Mixer grossièrement à l’aide d’un mixeur plongeant.
Verser ce mélange dans 2 coupes, parsemer de cannelle et déguster frais.

Tags: , , , ,

Le chou rave, aliment santé !

Astuce quotidienne RSS 2.0 Commentaire (0)

 

Ah le chou, le cauchemar de bon nombre de mamans !!!
Lorsque les choux s’invitent à la table, les grimaces s’inscrivent sur les visages des enfants et parfois même des grands…

Pourtant le chou est un aliment excellent pour la santé, et bien cuisiné, il peut réveiller les papilles les plus difficiles.

Aujourd’hui je vous présente le chou rave, légume peu connu que les Romains appelaient « chou de Pompéi ».
Le chou rave est une variété de choux dont on consomme « la racine » verte ou violette crue ou cuite. Les feuilles et les tiges sont également comestibles lorsque le chou est fraîchement cueilli. Elles se consomment en salade ou ajoutées à la soupe. Il m’arrive parfois de les rajouter à des gratins ou des poêlées de légumes.

La saveur douce du chou rave cru me fait penser à un mélange d’artichaut et de noisette fraîche.

Je vous conseille d’acheter des choux de petite taille, car plus faciles à trancher et moins fibreux. Comme tout légume, choisissez le ferme et dense : les feuilles doivent être bien vertes et de bonne tenue. Trop vieux, ils deviennent creux et n’ont aucun intérêt pour les papilles. Veillez alors à ne pas les oublier dans le tiroir du réfrigérateur. Son goût deviendrait plus prononcé et donc moins goûteux.  Consommez les le plus frais possible pour vous régaler.
Crus et râpés, vous pourrez en faire une crudité intéressante pour la santé. Ce tubercule est riche en calcium, vitamine C, vitamine B6, potassium. De par son goût neutre, il convient aux petits comme aux grands. Sa richesse en fibres solubles et insolubles en font un bon compagnon pour le transit intestinal. Il a une action bénéfique sur la tension artérielle et sur la baisse du cholestérol

Vous pourrez le mélanger à une salade de carottes râpées, y rajouter des petits cubes d’avocats, l’agrémenter d’un filet de jus de citron vert ou pas, du gomasio pour en faire une crudité gourmande.

Vous pouvez, si vous avez une mandoline, l’émincer finement et faire un délicieux carpaccio végétal accompagné d’une mayonnaise à la purée d’amande ou au tahin. N’hésitez pas à me demander la recette…

Ajoutées dans un gratin, les feuilles donneront une touche de couleur mais vous pouvez également y adjoindre la chair qui vous permettra de donner une autre texture à votre plat habituel.

Simplement à la vapeur, arrosé d’un filet d’huile de noisette et parsemé de quelques grains de fleur de sel, le chou rave accompagnera délicieusement tous vos mets.

La cuisson du chou rave est rapide, entre 7 et 15 mn en fonction de la découpe.

Ainsi, pour vous régaler, tout en prenant soin de votre santé, je vous invite à partir à la chasse du chou rave sur vos marchés. Vous ne serez pas déçus !!!

Tags: , , , ,

Risotto de poireaux & champignons, lentilles au gingembre

Recette plats, Recette sans caséine et sans gluten RSS 2.0 Commentaire (0)

Un menu complet composé de céréales, légumineuses, légumes, tout ce dont vous aurez besoin pour tenir tout un après midi sans avoir faim !

Temps de préparation : 10 mn
Temps de cuisson : 20 mn

Ingrédients pour 4 personnes

Risotto aux poireaux et champignons
– 150 g de risotto aux cèpes
– 2 poireaux
– 2 gousses d’ail
– 1 oignons rouge
– 8 shiitakés séchés
– 1 c à c de sel herbamare
– 4 c à s d’huile d’olive
– 2 c à s de tamari
– le jus d’un citron
– 1 c à s de tahin
– de l’eau

Faire tremper les shiitakés dans un bol d’eau chaude pendant 1/2 heure.

Laver les poireaux, les couper en 2 et les détailler en lamelles dans le sens de la longueur (ainsi les fibres seront entières pour le plus grand bien de vos instestins).
Egoutter les shiitakés. Les détailler en fines lamelles.
Détailler l’oignon en lamelles, l’ail en fines tranches.
Faire chauffer l’huile dans une cocotte, déposer tous les légumes et les faires dorer tout en remuant. Rajouter le  riz et faire revenir jusqu’a ce qu’il devienne translucide.
Couvrir d’eau, rajouter le sel herbarmare et laisser mijoter à petit feu pendant 15 mn. Lorsque le niveau de l’eau baisse, rajouter un peu d’eau de façon à toujours couvrir le riz. Le riz ne doit jamais être sec. Remuer le risotto de temps en temps.
Incorporer le tahin, le jus de citron et le tamari, remuer intimement.
Eteindre le feu, couvrir et laisser reposer le riz encore 5 mn. Le mélange doit être crémeux.

Lentilles au gingembre
– 1 boite de lentilles
– 2 gousses d’ail
– 2 c à s de tamari
– 2 c à s d’huile de sésame
– 1 c à c de gingembre en poudre

Faire chauffer l’huile d’olive dans une poêle et y faire revenir l’ail pilé et la poudre de gingembre pendant quelques instants.
Egoutter les lentilles et les rajouter dans la poêle, laisser chauffer à feu doux tout en remuant, incorporer le tamari et laisser mijoter à feu très doux.

Pour servir, déposer les lentilles au fond d’une assiette creuse, et verser le riz par dessus.

Tags: , , ,

Salons bio en régions

Astuce quotidienne RSS 2.0 Commentaire (0)

Liste des salons et foires dans les régions du 07 octobre au 09 octobre 2011

Département 34

Les 8  et 9 octobre à PALAVAS-LES-FLOTS le 2ème SALON « TOUT L’UNIVERS DU BIEN-ÊTRE»
Thème
: développer un bien-être au quotidien.
Produits bio, cosmétiques, artisanat, médecines douces, aromathérapie, réflexologie Conférences, ateliers, expos, restauration bio.
Lieu : salle Grand-Bleu
Contact : Marie-Pierre Kerwich del Aguila – 06.30.69.34.49 – mail : eveil.des.harmonies@gmail.com.

Département 35

Du 7 au 9 octobre à GUICHEN – 20ème SALON ILLE ET BIO + SALON LA TERRE EST NOTRE MÉTIER
Agriculture bio, jardinage, alimentation bio, habitat sain, énergies renouvelables, pratiques écologiques. Conférences, films, expos, ateliers, animations enfants, restauration
Lieu : espace Galatée.
Contact : Association Culture Bio et FRAB de Bretagne, 43, rue de Fagues – 35580 Guichen – 02.99.52.02.90
Site : www.illeetbio.org.

Département 44

Du 7 au 9 octobre à NANTES le 4ème SALON ZEN ET BIO
Thème
: bio et bien-être.
Alimentation et vins bio, cosmétiques, santé, déco éthique, écoconstruction, énergies, presse. Conférences, ateliers, espace enfants, restauration et buvette bio.
Lieu : parc des expos de la Beaujoire.
Contact : Spas Organisation, 86, rue de Lille – 75007 Paris – 01.45.56.09.09
Site : www.salon-zenetbio.com.

Département 62

Les 8  et 9 octobre à MARCK-EN-CALAISIS le 2ème WEEK-END DU BIEN-ÊTRE, DU BIO ET DE L’ENVIRONNEMENT
Produits bio, alimentation, cosmétiques, hygiène, médecines douces, écoconstruction, associations. Conférences, ateliers, restauration et buvette bio.
Lieu : CMSL, rue du Stade.
Contact : Mme Beaugrand et Mme Jouault – BP 14 – Mairie – 62730 Marck-en-Calaisis – 06.26.57.25.61 ou 06.99.05.11.90 
Site : www.marck-en-fetes.fr.

Département 84

Le 9 octobre à GIGONDAS le 3ème SALON GIGONDAS’ZEN
Thème
: bien-être.
Produits bio, santé et forme, développement personnel, alimentation et nutrition, artisanat. Conférences, ateliers, démonstrations de techniques zen, restauration bio.
Lieu : salle des fêtes.
Contact : Association Atout Santé – Françoise Chabannier – place Gabrielle-Andéol – 84190 Gigondas – 06.11.43.07.10
Site : www.gigondas-zen.fr.

Salade tiède de courgettes

Recette entrée RSS 2.0 Commentaire (0)

Il reste encore quelques courgettes dans le jardin… La douceur de cette fin d’été nous permet de profiter encore un peu de ce légume et c’est tant mieux !

Temps de préparation : 5 mn
Temps de cuisson : 10 mn

Ingrédients pour 2 personnes

– 1 grosse courgette
– 1 c à s de purée de noisette
– 1/3 de gousse d’ail ou 1 peu de poudre d’ail
– 2 cuillères à soupe de jus de citron
– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
– 1 c à c de gomasio
sel herbamare et poivre
– quelques feuilles de basilic

Détailler les courgettes en rondelles un peu épaisses et les faire cuire à la vapeur pendant environ 10 mn.

Mélanger la purée de noisette, l’ail pilé, le jus de citron, l’huile d’olive, le gomasio. saler et poivrer.

Laisser tiédir les courgettes et les mélanger délicatement à la sauce.

Déposer les courgettes en rond dans chaque assiette. Parsemer de feuilles de basilic haché.

La vie microbienne…indispensable pour notre bien être…

Environnement RSS 2.0 Commentaire (0)

La base d’un humus fertile

Si les micro-organismes construisent le sol, celui qui le cultive et le fait fructifier n’est pas l’homme, mais le « vers lombric ».
Ainsi que l’écrivait Darwin, « peu d’animaux ont joué un rôle aussi important dans l’histoire du monde que ces créatures peu organisées ». Et il conclut en disant ceci : « Tout l’humus de l’Angleterre est déjà passé et repassera de nombreuses fois dans le canal intestinal des vers. Dans son tractus digestif, le vers de terre incube d’énormes quantités de micro-organismes qui, dans les déjections, deviennent la base de l’humus fertile. »

C’est sans aucun doute l’allié le plus utile de l’homme dans sa lutte pour la survie, et pourtant l’agriculture dite «moderne » le maltraite cruellement.

Dans son livre « sol, herbe et cancer », le chercheur français André Voisin est l’un des premiers à faire observer que le vers de terre, en particulier le lombric gluant qui est le plus commun en Europe et aux Etats-Unis, est non seulement essentiel à une bonne agriculture, mais aussi constitue la base même de toute civilisation.
Voisin met ainsi en corrélation les civilisations humaines et la répartition sur le globe des vers de terre actifs dont il ne dénombre pas moins de trois mille espèces.  Les vers de terre comptent parmi les plus anciens animaux terrestres.
Ils sont de plusieurs couleurs : brun, pourpre, rouge clair, et de toutes tailles : le plus petit mesure à peine deux centimètres et le plus grand, un géant australien, trois mètres.

Une civilisation complexe ne peut se développer sans que les besoins agricoles essentiels du peuple soient satisfaits et, en cela, les vers de terre sont indispensables.

Cet aspect n’a pas été négligé par le Ministre Américain de l’Agriculture qui en 1949, fit conduire des recherches en Egypte, dans la riche vallée du Nil, avant la construction du barrage d’Assouan. Le rapport indiqua que la grande fertilité du sol était due essentiellement au travail des vers de terre. On estima que pendant la période de croissance des vers (six mois par an), leurs  excréments atteignaient, sur ces sols, le poids astronomique de 250 tonnes par hectare !

Un naturaliste anglais, Gilbert White, trente ans avant la naissance de Darwin, écrivait déjà :
« Les vers semblent être les grands promoteurs de la végétation, perforant et allégeant le sol, rendant accessible aux pluies et aux fibres des plantes, en y entraînant des pailles, des hampes de feuilles et des brindilles, et surtout en rejetant un nombre infini de morceaux de terre.   Les déjections des vers, c’est un fumier très fin pour les céréales et l’herbe…Sans vers, la terre deviendrait rapidement froide, avec des mottes sans fermentation, donc stérile… »

Les vers de terre peuvent produire plus d’humus, en un temps très court et à moindre effort, que n’importe quelle autre méthode.
Ils avalent de la terre qu’ils expulsent en une multitude d’infimes particules liées par le fluide intestinal. On obtient ainsi une terre très fine qui constitue, en surface, une couche fertile.

Même lorsque la matière organique abonde, les vers consomment une grande quantité de terre. Ce mélange donne un humus riche, de texture parfaite, contenant plus d’éléments nutritifs pour les plantes que les matières dont il est dérivé.
Les déjections contiennent un pourcentage d’agrégats supérieur à celui du sol environnant. Ces agrégats sont constitués de particules de sable, d’argile et de limon, qui groupées en larges unités, confèrent au sol une structure analogue à celle de miettes de pain.

Les expériences ont montré que le drainage des sols renfermant des vers de terre est de quatre à dix fois plus rapide que celui des sols qui en sont dépourvus.
Réciproquement, dans des sols sableux légers où l’eau a tendance à s’écouler directement vers le sous sol, les agrégats produits par les déjections des vers tendent à améliorer la rétention de l’eau.

Les vers déterminent le sol, sa texture, sa fertilité et sa capacité à supporter tout ce qui vit, particulièrement les plantes, base de notre alimentation.
Ils mélangent, creusent des galeries, fertilisent, produisent de l’humus.

Il faut les nourrir, car ils prolifèrent proportionnellement à la quantité de matière organique incorporée dans le sol, ainsi que leurs « ancêtres » les micro-organismes producteurs d’humus.
Même le vers rouge de fumier « Eisenia Foetida » qui vit dans le tas de compost où il transforme le fumier animal, ne peut vivre sans un apport abondant de matière organique en décomposition.

Par contre, il faut éviter l’emploi de produits chimiques qui font disparaître les vers, sans pour autant pallier à leur absence.
Une fois encore, l’agrobiologie s’impose comme la seule technique qui sait protéger les éléments de base que sont l’humus, la vie microbienne et aussi les vers de terre, pour ensuite bénéficier de leurs bienfaits.

Un tas de bonnes raison pour apprendre à ne pas les détruire et utiliser des matières organiques qui ne les détruisent  pas… C’est la raison pour laquelle, j’utilise des produits d’entretien qui respectent la vie microbienne du sol !